Les Îles avec les Elles,
partenaires essentielles
cgPage d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd
search_left
 

Les textes présentés dans cette section nous ont été soumis par les personnes

ayant appuyé les lauréates  lors du processus de  sélection.  La  Sentin'Elle n'a

modifié ni le contenu ni la forme des présentations.

 
Vign_Capture

1996 - Micheline Bourque Massey 

II est de ces personnes qui marquent leur époque d'une manière si discrète, quasi imperceptible, que l’on se rend compte de l’ampleur et de l'impact de leurs réalisations que bien des années plus tard.

L'attribution du prix Maria Patton nous donne I'occasion rêvée de rendre hommage à I'une des nôtres et de faire connaître son travail afin de l'inscrire à I'histoire des Iles-de-la-Madeleine. Plusieurs personnes ont marqué ce vingtième siècle, mais I'une d'elle a su inscrire son nom de façon exceptionnelle dans le domaine de l'éducation et de I'enseignement aux îles. De I'avis de ses collègues et amis de travail, Micheline Bourque: "c'est quelqu'un !...sa fougue, ses qualités évidentes, ses défauts avoués, son professionnalisme jamais démenti, son obstination à faire donner aux étudiants le meilleur d'eux-mêmes et son grand sens commun en font une enseignante émérite et fort appréciée de tous."

Voila pourquoi c'est un honneur de faire vivre, I'espace d'un instant, la courte histoire de cette madelinienne. Toutes ensembles, essayons solidairement de vivre ce courant dynamique qui nourrit I'audace de I'une des nôtres.



UN PEU D'HISTOIRE...


Micheline est née le 5 mai 1940 à Lavernière. Elle est la cadette de la famille Azade Bourque et Florida Lafrance. Elle a dix frères et cinq sœurs.

Elle obtient son Brevet B à I'école normale de Havre-aux-Maisons et son Brevet A par des cours du soir et des sessions d'été.


Elle débute sa carrière d'enseignante à I'âge de vingt ans suivant les traces de sa mère et de deux de ses sœurs. C'est à I'école de Lavernière qu'elle amorce sa longue carrière. Elle est responsable de I'une des deux classes de I'école, soit 39 élèves de la première année à la troisième année. C'est avec un salaire de $100.00 par mois et sans électricité qu'elle passe sa première année d'enseignement.

Après deux ans au primaire, les autorités scolaires viennent la chercher pour enseigner au Collège St-Pierre. Pendant ses quatre années d'enseignement dans ce collège, elle est la seule femme membre du personnel enseignant avec, comme collègue de travail, des Frères du Sacré-cœur et quelques laïcs. En 1966, c'est I'ouverture de la Polyvalente. Elle change d'école et de niveau, elle se retrouve donc avec la neuvième année scientifique jusqu'en 1969.

Vers 1980, elle passe en secondaire III où, elle enseigne uniquement le français. Depuis, le français est devenu sa matière de prédilection qu'elle enseignera aussi au secondaire IV et V.

Micheline est passée de maîtresse d'école, à institutrice, à professeure et malgré toutes ces différentes appellations, ses yeux brillent toujours quand elle parle de son métier. Elle se souvient de l’époque où son métier correspondait plus à une personne à tout faire: préparation de séances pour la fête des mères, Noël, chorale paroissiale, etc... en plus de son enseignement régulier, elle faisait de I'éducation.


SES VALEURS...

Pour Micheline, Éducation rime avec Enseignement. Elle a toujours tenté d'inculquer à ses élèves le respect : respect de soi-même, des gens et des choses. Elle tient aussi à leur donner de bonnes méthodes de travail. La discipline et la disponibilité résument parfaitement Micheline. Elle se définit comme une personne rationnelle, et, selon elle, c'est presque un défaut. Quand elle a une décision à prendre, elle met sa tête en premier et le cœur en deuxième. C'est une dirigeante. Elle aime s'organiser et organiser les autres. Elle est méticuleuse, méthodique et perfectionniste. Elle n'aime pas les imprévus. Elle reconnaît parfois manquer de diplomatie, mais elle est d'une très grande écoute. Elle aime encourager les étudiants et étudiantes et attache une grande importance au fait d'être présente aux activités parascolaires. Elle fait confiance aux élèves et leur démontre beaucoup d'ouverture et une grande franchise. Bref, elle aime son métier et les personnes qui lui sont confiées.



SES IMPLICATIONS...

De son mariage à Vincent Massey, à I'âge de vingt-huit ans, sont nés deux garçons, Hugues et Martin. Malgré sa vie professionnelle et familiale, Micheline s'est toujours impliquée dans son milieu depuis la fin des années 50. Notons, entre autres, qu'elle fut fondatrice du terrain de jeux de Lavernière en 1958, et qu'elle participa activement à I'essor du mouvement Scouts et guides. Elle fut un pilier dans I'implantation de la Maison des Jeunes des îles, a été membre-fondatrice du Camp musical l'Hameçon et s'y est impliquée durant plusieurs années. Elle a participe à divers comites d'école dont le comite des politiques pédagogiques. Elle a aussi été déléguée syndicale pendant 8 ans. Et que dire de son implication À différents niveaux : chorales, bal des finissants, carnavals étudiants, et dans sa paroisse comme marguillière.... Tout au long de ces années, elle avait I'appui de son mari qui lui a donné un sérieux coup de main à la maison. Elle reconnaît avoir eu une vie bien remplie et surtout bien entourée et soutenue.


QUELQUES EXTRAITS DE TÉMOIGNAGES...

« Par son caractère droit et sensible à la fois, elle a su me transmettre son goût du travail bien fait et de la discipline, tout en laissant libre cours à mon imaginaire et mon émotivité souvent débordante. C'est une femme accomplie qui sait concilier cœur et raison à I'intérieur d'une même tâche : celle de donner à ses étudiants I'amour de leur langue. »   Pascal Chevarie


« C'est aujourd'hui que je réalise comment tu étais un professeur exemplaire. Ma façon de voir le français a change grâce à toi. Je te remercie pour tout et continue de faire le bien autour de toi. »    Isabelle Poirier


« Tu es vraiment super! Tu m'as beaucoup aidée et aussi appris à aimer le français. Pour moi, tu restes le meilleur des professeurs. »    Claudine Leblanc 


« Depuis quelque vingt-cinq années, je côtoie Micheline à Azade à Jules, la maîtresse d'école, Micheline Bourque-Massey, I'épouse, la mère et Micheline... I'amie. Dans tous les cas, elle gagne à être connue. Avec le temps, elle m'est devenue une précieuse collaboratrice : une femme douce, cultivée, généreuse, disciplinée et surtout, très ordonnée. Entre nous, ce sont là des qualités connues et appréciées chez Micheline, par de nombreuses gens... »      Jean-Jacques Bourgeois

© 2014
Créer un site avec WebSelf