Les Îles avec les Elles,
partenaires essentielles
cgPage d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd
search_left
 

Les textes présentés dans cette section nous ont été soumis par les personnes

ayant appuyé les lauréates  lors du processus de  sélection.  La  Sentin'Elle n'a

modifié ni le contenu ni la forme des présentations.

 
Vign_Capture

1994 - ODETTE LEBLANC

UN PEU D'HISTOIRE

Odette est née le 28 avril 1967 à Pointe-aux-Loups. Elle est la huitième de la famille de Jimmy et Bernadette Leblanc. Elle a deux sœurs et sept frères.

Elle va à l'école primaire de Havre-aux-Maisons, complète son secondaire à la polyvalente régionale des Îles. C'est à ce moment que  se dessine son envie de faire de la confection de vêtements. Elle poursuit ses études au Campus Notre Dame de Foy à Cap-Rouge, dans la région de Québec et complète son DEC en art vestimentaire en mai 1987.

De retour aux Iles, elle travaille dans les entreprises locales de couture et de confection afin de parfaire ses connaissances. Ayant toujours adoré la création et la couture, elle choisit de s'y adonnée de façon professionnelle quelques années plus tard.

L'idée de départ de son entreprise lui est venue principalement de son désir de travailler selon ses goûts et ses aptitudes. Bien entourée de sa famille, un frère tanneur de peaux et un père chasseur lui ont insufflé le goût de travailler avec le cuir et la fourrure de loup-marin. Odette voyait là, l'opportunité de travailler une matière exclusive et de plus disponible chez elle. Étant donné son peu d'expérience, elle ne se sentait pas prête tout de suite à la fin de ses études à travailler  des matières qui demandent un savoir-faire et des techniques particulières. Elle apprend donc peu à peu sur le tas, grâce à des artisans qui lui apprennent la base du traitement des peaux. Puis, forte de ces quelques apprentissages et d'une foule d'idées elle entreprend son chemin dans le monde des affaires.

 

RÉALISATION DE SON RÊVE...

L'idée lancée et acceptée autour d'elle, elle s'attaque aux démarches reliées à son projet. Elle rencontre les différents intervenants du milieu socio-économique pour faire valider son idée. Guidée par l'expertise du groupe SAJE (soutien aux jeunes entrepreneurs), elle monte son plan d'affaire et fonce dans la mêlée.

L'expérience du démarrage lui apporte beaucoup d'apprentissages. Plus elle rencontre de difficultés plus elle développe son courage, son assurance, sa ténacité et une détermination qu'elle ignorait posséder. Chois une matière première comme le loup-marin, le pessimisme du milieu, le financement restreint, son inexpérience sont des facteurs qui en auraient découragé plus d'un et plus d'une; mais Odette croit en son entreprise et sa plus grande préoccupation est de s'assurer un bon approvisionnement, un produit innovateur et unique.

Fin mars 91, Les cuirs ODY-C prennent pignon sur rue à la Martinique et voilà qu'Odette ne vivra qu'en fonction de son rêve. Acceptant pendant les cinq première années tous les sacrifices qu'impliquent le démarrage d'une entreprise. Les heures travaillées on ne les compte plus, on oublie les loisirs, bien entendu à plus tard l'envie d'avoir des enfants. Toutes ces concessions, son conjoint les partage en toute complicité.


LES CUIRS ODY-C, ICI ET AILLEURS

Elle travaille à 90% avec ses matières préférées soit la fourrure et le cuir de loup-marin. En plus de la confection et de la réparation, elle innove et expérimente le remodelage de manteaux usagés. Odette a fait son chemin aux Iles et de belles percées à l'extérieur, nous n'avons qu'à penser au Salon des métiers d'art à Montréal, la galerie d'art de jeunes designers: Les trésors du Buade à Québec, le salon international de la fourrure, sans compter quelques vêtements envolés vers Paris et sa participation à deux salon des métiers d'art à Terre-Neuve lui ont valu l'opportunité d'avoir un premier point de vente chez nos voisins de l'est. Odette ne s'arrêtera pas là, elle a plein de projets qui visent le marché canadien et même international.

Pour Odette, la réalisation de ce rêve lui apporte la force d'accepter les embûches qui se dressent sur sa route. Elle aime ce travail et il le lui rend bien en lui permettant jour après jour de s'épanouir à travers sa passion. La travail acharné d'Odette a fait d'elle une femme fière et tenace qui nous prouve que rien n'est impossible lorsque l'on croit en ses rêves.

 

 

 

Monique Richard

© 2014
Créer un site avec WebSelf