Les Îles avec les Elles,
partenaires essentielles
cgPage d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd
search_left
 

Les textes présentés dans cette section nous ont été soumis par les personnes

ayant  appuyé les lauréates lors du  processus de sélection.  La  Sentin'Elle n'a

modifié ni le contenu ni la forme des présentations.

 
Vign_Yvonne_Painchaud

1992 - YVONNE GALLANT PAINCHAUD

UN PEU D'HISTOIRE

Née en Nouvelle-Écosse le 1er septembre 1906, madame Yvonne Gallant est destinée à s'adapter rapidement aux changements, car ses parents André Gallant, médecin de Abram's Village et Marianne Arseneault, fille du premier sénateur acadien de l’île-du-Prince-Edouard déménagent souvent pendant plusieurs années. Madame Yvonne est la dernière d'une famille de six enfants.

Son père, le docteur André Gallant a commencé sa pratique à Wellington, à l’île-du-Prince-Edouard puis il est allé pratiquer à Metaghan en Nouvelle-Écosse (lieu de naissance de madame Yvonne). Ensuite, il est parti avec sa famille pour le "Far West" au North Dakota et au Montana aux États-Unis.

Après deux ans, sa femme veut quitter cet endroit à cause, dit-on, des serpents à sonnettes et des loups. Ils sont donc retournés à Metaghan pour quelques années (4 ans) et ensuite, en 1912, à Wellington à l’Île-du-Prince-Edouard.


UN DESTIN QUI SE DESSINE

En 19 14, Antonio Painchaud de Havre-Aubert arrive à Wellington et essaie de convaincre le docteur Gallant de venir pratiquer aux lles-de-la-Madeleine, car sur l’île du Havre-Aubert, on n'a pas de médecin. Madame Yvonne ne se doute pas que cet homme allait devenir son beau-père 18 ans plus tard.

Donc, dès l’automne, la famille Gallant part pour les lles-de-la-Madeleine où ils s'installent en permanence. Yvonne a alors 8 ans. Ils prennent le traversier "Lady Sybyl" à partir de Souris; après 14 heures de traversée à travers une terrible tempête, il accoste enfin à bon port.

Madame Yvonne, se souvient avec tendresse, de l'accueil très chaleureux que les gens de Havre-Aubert leur ont réservé lors de leur arrivée dans la communauté. Elle se rappelle avoir été fascinée par les paysages naturels des îles et surtout par "Les Demoiselles", ces buttes aux lignes bien galbées.

Elle découvre aussi la fébrilité que la nouvelle saison de pêche crée. Toute la communauté chante de joie quand les "bateaux à gazoline" recommencent la pêche et partent dans le havre et aussi quand le traversier revient de la grande terre après six mois d'absence. A cette époque, il y a beaucoup d 'action sur la Grave, dans le Petit havre et sur la Côte.

 

LA MUSIQUE: UNE TRADITION FAMILIALE

Toute la famille de sa mère joue de la musique. Le frère de sa mère joue de l'orgue à cinq claviers dans la Cathédrale de St-Paul, Minneapolis aux États-Unis. La mère de madame Yvonne est aussi une musicienne accomplie et une directrice de chorale. Elle donne des leçons de piano à ses enfants ainsi qu'aux autres enfants à Havre-Aubert. Son père, le Dr Gallant joue du violon, de l'orgue et chante. Les gens de la communauté vont souvent chez-eux pour écouter la musique. Son père et sa mère jouent alors des duos "extraits d'opéra et d'opérette".

Chacun des six enfants lit la musique et joue divers instruments (cuivre, violon, piano, etc.). Sa sœur Corinne joue pendant plusieurs années du piano pour les films muets en Nouvelle-Écosse. Elle joue aussi de l'orgue a l'église et donne des cours de piano là-bas. Le père et la mère de madame Yvonne ont aussi tous deux joué de I'orgue à l’église de Havre-Aubert.

Madame Yvonne n'a que des souvenirs extraordinaires de sa jeunesse. Depuis sa tendre enfance, elle est entourée de musique et devient elle-même musicienne avec l'aide de sa mère qui lui donne des cours de piano.


 

AU COUVENT, ON REMARQUE SES TALENTS...

À treize ans, Yvonne se rend étudier au Couvent de Havre-aux-Maisons où elle continue d'étudier la musique avec les Sœurs du couvent. Souvent les Sœurs qui remarquent un talent particulier chez la jeune Yvonne, lui demandent de faire des petits récitals pour elles et les autres élèves. Elle garde des souvenirs magnifiques de ses années au couvent où son talent est connu et reconnu, et où des amitiés s'installent pour longtemps.

 

LA  MUSIQUE EST PRÉSENTE TOUJOURS ET PARTOUT

Après trois ans et demi d'études, elle quitte le couvent à cause de la coqueluche. Elle s'en retourne chez ses parents où elle continue à participer aux soirées musicales. Elle commence à donner, comme sa mère, des cours de piano.

Plus tard, elle accepte un poste comme enseignante à la petite école du chemin de l'aéroport à Havre-Aubert. Madame Yvonne y enseigne pendant quatre ans, jusqu'en 1932, année où elle se marie avec François à Antonio Painchaud ; elle a alors 26 ans. (Les femmes à cette époque laissaient souvent l'enseignement quand elles se mariaient.) Onze enfants (5 filles et 6 garçons) naissent de cette union: Corinne, Claude, Hélène, Lise, André, Michel, Madeleine, Yolande, Daniel, Henri et Denis.

Pendant plus de quarante ans, Yvonne joue de I'orgue à l'église de Havre-Aubert, remplacée à l'occasion par son frère Cyril. De plus, elle contribue par son talent musical aux spectacles scolaires et bénéfiques qui ont lieu à la salle paroissiale. On la demande souvent pour jouer du piano, lors des visites de personnages importants aux îles, et à l'occasion elle accompagne des chanteurs d'opéra et d'opérette lors de récitals.

Durant une période d'environ 15 ans, Yvonne et son mari François s'occupent de la centrale téléphonique qui est installée dans leur mai<son sur le Cap Gridley. C'est une fonction importante, car à l'époque c'est le seul centre de communications à Havre-Aubert. Donc la communauté défile chez-eux. Le fait qu'elle parle parfaitement l'anglais et le français lui a grandement aide à accomplir cette tâche.

La maison sur le cap est devenue un lieu très fréquenté. Beaucoup de monde de la parenté ainsi que des amis(es) ont passé de belles soirées musicales dans cette maison qui vibrait au son des ragtimes et des chansons populaires. Les meubles étaient entassés dans les coins pour laisser place à la danse et madame Yvonne pouvait passer toute sa soirée au piano.

Beaucoup de personnes encore aujourd’hui apprécient madame Yvonne comme une personne généreuse et accueillante qui peut laisser tout tomber pour aller amuser les gens au piano en plein milieu de la journée. Jamais une journée ne passe sans qu'on entende des notes musicales dans le salon. La maison a une renommée de conte de fée ou règne un monde hautement coloré. Des pièces de théâtre, des récitals, de la danse à claquettes, des inventions... toute créativité est permise. L'amour, la tristesse, la joie, l'humour... toutes les émotions passent à travers la musique.


LA MUSIQUE EN HÉRITAGE

Combien de musiciens et musiciennes des îles ont été inspires par ce personnage?  En tout cas, tous les enfants de Yvonne et François jouent d'un instrument et connaissent bien la musique.

Sa fille, Yolande a étudié au Conservatoire de Paris en chant et a donné plusieurs récitals aux îles; sa fille. Lise, compose de la musique, donne des cours d'orgue et elle a son propre orchestre à Québec; quatre de ses petits enfants étudient au Conservatoire de musique de Québec depuis l'age de quatre ans; sa petite fille. Lise Gaudet, fait carrière en musique à Montréal; son fils Denis accorde les pianos ici aux îles et un autre de ses fils, Daniel, accorde et vend des pianos à Québec; son fils aîné, Claude, est un connaisseur d'opéra hors pair et possède un très grand répertoire de musique classique; son fils André préfère le western qu'il joue souvent dans les bars; son neveu, Alcide Painchaud, est un musicien très connu aux îles...

De plus, toutes ses filles font de la danse à claquettes et madame Yvonne danse elle-même la claquette jusqu'à 81 ans.


À TOUS SES PASSAGES. ELLE RAYONNE...

En plus d'enseigner la musique, madame Yvonne a aussi enseigne à la Polyvalente lors de la première année de son ouverture. Elle a ensuite donné des cours d'anglais par l'Éducation aux Adultes à Bassin pendant 4 ans.

L'ouverture du Café de la Grâve en 1980, a permis aux Madelinots des autres municipalités ainsi qu'aux touristes de découvrir cette charmante dame aux doigts si agiles. A tous les jours des gens demandent à entendre madame Yvonne faire revivre les chansons de sa jeunesse. Même des esprits de cet ancien magasin général se lèvent pour danser.

Elle ne refuse jamais de jouer et elle est si heureuse quand elle peut apporter un peu de joie dans la vie des gens. Son amour de la musique est connu.

De tous ceux qui I'entourent. Plusieurs articles les revues et les journaux de l'extérieur ont mentionne madame Yvonne comme étant une des personnalités à voir et à entendre aux îles.


 
Documents complémentaires:


s.a.,  
14 août 1966, Programme soirée musicale donnée à Havre-Aubert,  où Mme Painchaud est pianiste.


Radio 
Québec   1985,  Retraite Action,  entrevue réalisée par Nicole Germain, 20 minutes.


Gaudet
Soeur R.D.  1986, Hommage et éloges à l'une des nôtres: des Écho du Musée de la Mer, 11e année, Pâques 1986.


Yvonne,
chanson rappelant sa vie de musique, 01 septembre 1986 composée par sa fille Lise Painchaud.


SOURCES D'INFORMATION


Madame Yvonne Gallant Painchaud, Claude et Henri Painchaud, Corinne Painchaud Gaudet, les écrits de madame Yvonne Gallant Painchaud, sa nièce Estelle, des commentaires de voisins et voisines, amis et amies, ainsi que la parenté.

La recherche a été présentée par Patricia Bell.

Ce document spécial sur la vie et l’œuvre de Madame Yvonne Gallant Painchaud est une production du Centre des Femmes la Sentin'Elle inc.

Rédaction:
Patricia Bell

© 2014
Créer un site avec WebSelf