Les Îles avec les Elles,
partenaires essentielles
cgPage d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un amicd
search_left
 

Les textes présentés dans cette section nous ont été soumis par les personnes

ayant appuyé les  lauréates lors du  processus  de sélection.  La Sentin'Elle  n'a

modifié ni le contenu ni la forme des présentations.

 
Vign_2006-Robina_Coe_Goodwin

2006 - Robina Coe Goodwin

«...Que sa généreuse participation dans le domaine de la santé et des services sociaux soit un modèle d'engagement à suivre encore aujourd'hui et peut-être particulièrement aujourd'hui dans le contexte de transformation du système de santé.» (Amella Deveau) 


SON HISTOIRE

Madame Robina Coe Goodwin est née le 28 juin 1935 à Londres, en Angleterre et est l'aînée d'une famille de trois enfants. Elle est âgée de cinq ans lors de la déclaration de la guerre. C'est son premier contact avec la souffrance humaine. À travers cette misère, elle est témoin de la solidarité, du partage et de l'entraide qui poussent la population à s'organiser pour survivre.

C'est en 1953, à ses 18 ans, qu'elle opte pour le cours d'infirmière au Memorial Brook Hospital en Angleterre. Diplômée en 1956, elle complète ensuite une formation de sage-femme et un certificat en neurochirurgie comme si, par intuition, elle connaissait déjà la diversité des tâches qu'elle aurait à accomplir. Elle travaille un certain temps en Angleterre comme sage-femme puis le goût de l'aventure l'interpelle et les amène, elle et son amie Barbara, au Canada. Après avoir travaillé quelques mois comme infirmières à Montréal et à Toronto et à la suite de quelques visites aux États-Unis, voilà que nos deux voyageuses se présentent un beau jour sur notre territoire.

Nous sommes en 1960 lorsqu'elles arrivent aux Îles. Deux possibilités s'offrent à elles à titre d'infirmières : travailler à l'Île d'Entrée ou encore à Grosse-Île. Les assignations, à cette époque, n'étaient pas pas aussi complexes qu'aujourd'hui, une seule pièce de monnaie tirée à pile ou face détermine le lieu de travail... Le hasard ou le destin décide de garder Robina à Grosse-Île.

Sa nouvelle terre d'adoption prend bien soin d'elle. Notre aventurière y trouve un travail et y rencontre l'amour en la personne de Ralph Goodwin. Ensemble  ils auront trois beaux enfants; James, Amanda et Vanessa. Robina est aujourd'hui l'heureuse grand-mère de six petits-enfants.

Durant de longues années, elle réussira à concilier famille et profession tout en assurant une disponibilité de 24 heures par jour, sept jours par semaine. Vers l'an 2000, c'est avec une grande tristesse qu'elle constate que la santé de son mari se détériore mais, fidèle à elle-même, Robina en prendra soin jusqu'à son décès en 2003.

Elle apprend maintenant à vivre seule en compagnie de ses deux chiens et de ses magnifiques plantes, car madame a le pouce vert ! La visite de ses enfants, de ses petits-enfants et de ses amiEs égaye son quotidien. Robina Coe Goodwin est le genre de femme qui sait prendre a vie du bon côté et heureusement, pour toute notre communauté, nous la retrouvons toujours active sur différents comités de développement social.

 

SON ENGAGEMENT

Au cours de sa prolifique carrière dans  l'Est des Îles, notre infirmière cumule courageusement et avec efficacité les rôles d'épouse, de mère, de sage-femme, de pharmacienne, de travailleuse sociale, de psychologue, de thanatologue et même d'ambulancière car il fallait souvent conduire les malades à l'hôpital. Il est même arrivé qu'on lui demande d'intervenir comme vétérinaire. Encore là, son grand cœur et sa conception de la VIE, qu'elle soit humaine ou animale, faisait qu'elle acceptait de soigner, peu importe l'objet du soin...

Avec Robina, on ne parle pas de métier mais bien de vocation. Son dévouement et sa passion pour la vie exigent une disponibilité de tous les instants. Entre 1960 et 1984 notre «infirmière-sage-femme» effectuera trente-deux accouchements. À cette époque, pas question de congé de maternité pour Madame Goodwin ! Elle-même, à deux semaines d'accoucher, assistera une maman afin de mettre au monde un couple de jumeaux. Dans une autre occasion, c'est à seulement deux jours de son propre accouchement, qu'encore une fois, elle sera appelée au chevet d'une patiente. À la fin d'une telle journée, la vache pouvait avoir eu son veau et la chatte ses cinq chatons... Comme quoi malgré une vie professionnelle bien remplie, la vie familiale continuait.

Les déplacements à cheval, en motoneige, à pied ou en auto, quand ce n'était pas en bateau à l'Île Brion, n'ont jamais freiné son élan à rendre service. Il faut se rappeler que dans les années 1960, aux Îles, le contexte médical, social et économique était bien différent d'aujourd'hui. À cette époque, Robina est la seule professionnelle de la santé sur le territoire de Grosse-Île qui, à cause de l'état des routes, semblait être alors situé loin de l'hôpital.

Femme à la fois avant-gardiste et soucieuse du bien-être des siens, Robina Coe Goodwin sait que le maintien à domicile a toujours été une valeur primordiale pour sa communauté. Il fallait une résidence pour permettre aux aînéEs de demeurer dans leur environnement malgré les changements familiaux des années 1980. Robina agira donc à titre de membre active pour la mise en place et le fonctionnement de l'unité résidentielle à Grosse-Île, pouvant accueillir neuf bénéficiaires en perte d'autonomie.

En janvier 1996, Madame Robina prend sa retraite. Conscients qu'une page de notre histoire venait de se tourner, les gens de Grosse-Île et de Grande-Entrée lui ont alors témoigné leur admiration et leur reconnaissance en organisant une grande fête en son honneur.

Néanmoins, prendre sa retraite ne veut pas dire pour Robina arrêter tout engagement social. En plus de ses heures de bénévolat, elle trouve le temps de faire de l'artisanat (crochet, broderie, petit point), de la marche, de la lecture et du jardinage. Nous ne sommes donc pas surprises de la retrouver aussi sur différentes instances où elle fait reconnaître et respecter les droits des membres de sa communauté.

  • 1985-2003   CAMI (Conseil pour les anglophones madelinots des Îles)
  • 1986-1993   CAPIB (Comité pour l'accès et la protection de l'Île Brion)
  • 1990-1993   Centre hospitalier de l'Archipel
  • 1990-2000   Foyer du Lien (Unité résidentielle)
  • 1996-1999   The First Informer (Hebdomadaire)
  • 1988-2003   HLM (Habitation à loyer modique)
  • 2002-2005   CEDEC (Comité d'employabilité et de développement économique et communautaire)
  • 2000-2004   École de Grosse-Île (Personne ressource pré-maternelle et maternelle)

 

SA PERSONNALITÉ

Ce qui caractérise le plus Robina c'est son dévouement sans bornes et sa passion pour l'humain et pour sa terre d'adoption. À travers ses expériences de vie, elle apprend à se faire confiance et à faire confiance aux autres. Parlant d'elle-même, elle dira : «J'ai donné beaucoup à ma communauté, mais j'ai également reçu, car si aujourd'hui je suis une femme sereine c'est grâce aux citoyens de l'Est des Îles qui m'ont donné la possibilité de me réaliser et surtout de me dépasser.»

Ses qualités d'accueil et d'entregent sont à souligner. Elle savait mettre ses patients à l'aise ainsi que ses nouveaux collègues de travail. Femme d'une grande transparence et d'une grande simplicité, elle a le don de transmettre ses connaissances et ses valeurs. Toutes ses consœurs de travail sont unanimes à dire que ce fut un privilège et un réel plaisir de travailler avec Madame Robina. On raconte qu'un jour, durant le séjour d'une infirmière venue la remplacer pendant l'hiver, survint une panne d'électricité sur tout l'Est des Îles. Alors, elle envoie son mari chercher la remplaçante et la gardera chez elle pour le souper et le coucher.

Bien que toujours généreuse de son temps pour les autres, elle en accorde maintenant une grande part à sa famille. L'hiver, elle garde à la maison sa belle-maman et la cousine de son mari. Les relations intergénérationnelles, elle connaît ça ! Une vie familiale bien remplie, des animaux pour les besoins de la famille et un grand jardin pour les légumes et les fleurs voilà une grande partie de ce qui représente la fierté de Robina.

Pour son engagement en santé et services sociaux et pour son exemple qui démontre à quel point les capacités diversifiées des femmes sont indispensables à notre développement collectif, nous lui disons : «Merci madame Robina Coe Goodwin !»

 

 

 

 

© 2014
Créer un site avec WebSelf